top of page
  • cassandrelieng4

DAY 2/3 : Roadtrip Espagne Bardenas, mon récit d'aventures

Dernière mise à jour : 21 nov. 2023

Voici la suite de mon récit de voyage sur notre roatrip en Espagne et au Portugal. La dernière fois, je vous avais laissés lorsque nous étions arrivés en Espagne, dans les environs de Huesca. Voila la suite de notre récit !

Bonne aventure, et bonne lecture.







Day 2 : BARDENAS REALES


Nous nous sommes réveillés près du lac, il fait beau et chaud. Après avoir déjeuné, nous nous dirigeons vers les Bardenas Reales. La route est facile, nous discutons d’agriculture et d’économie en voyant les champs d’amandiers et d’éoliennes se côtoyer. Quand nous atteignons le Parc naturel, il fait nettement plus chaud et le paysage est aride. C’est un grand espace où l’érosion et le temps on crée des dépressions, canyons, et où sont apparues des monts, collines, falaises et plateaux.

Les couleurs sont ocres, blanc, craies et contraste de temps en temps avec le peu de végétation qu’il y a.


Il est midi, heure du soleil et nous nous engageons dans sur un sentier, pour montrer à un point de vue. L’ascension est un peu difficile pour moi. Je continue tant bien que mal en admirant le paysage au loin. Volvy est si petit en bas.

Et me voilà à faire un malaise, entre la chaleur et la lumière si forte que même en fermant mes yeux elle me brûle la rétine. Au bord du gouffre, je me sens vaciller.

Mon corps me fait défaut et je ne peux pas montrer les vingtaines de marches qui nous restent. Prudemment, nous faisons demi tour.


Il est grand temps de manger. Entre mon malaise et Kiba qui a du mal à supporter la chaleur, nous décidons de nous arrêter proche d’une petite cabane abandonnée. Impossible de trouver de l’ombre dans cette vallée désertique mais nous garons le van de sorte a nous faire un peu d’ombre. Au menu : salade de tomates et pastèque.

Nous voilà restaurés, j’ai repris des forces et après cette pause nous décidons de continuer notre visite.



La lumière est moins dure, les ombres s’allongent et nous parcourons les chemins caillouteux en faisant défiler le paysage. De temps en temps, nous nous arrêtons sur le bas côté, prenons des photos, faisons une petite marche. Je me croirais dans le far west, j’entends le vent siffler, je vois les paysages désolés et les cabanes inhabitées. Je me prend au jeu et sors mon buste par la fenêtre, les cheveux au vent.


Nous arrivons à court d’essence, et nous quittons les Bardenas, faisons le plein et tentons tant bien que mal de rejoindre un spot dodo dans les hauteurs d’un village. Après s’être trompés de routes, avoir serré les fesses dans des ruelles, s’être pris le bec aussi, nous atteignons le-dit spot pour le coucher du soleil.

Une douche au sunset, porte latérale ouverte, une balade entre les champs et un joli point de vue termine notre deuxième journée en Espagne.





Day 3 : ROULE MA POULE


Le vent est un peu tombé dans la nuit, et nous partons directement de notre spot car nous avons une longue journée de route. Nous allons traverser le restant de l’Espagne pour arriver au Portugal.


Le paysage est d’abord sec, avec quelques vergers, des éoliennes, quelques villes où rien ne semble se passer. Puis les vergers disparaissent, les champs sont cultivés de maïs, de tournesols et de blés. La vue est dégagée, quelques collines se distinguent parmi les grandes vallées. Puis les champs deviennent des vignes. Le sable et les pins remplacent la terre rougeâtre et les bruyères.


Nous nous arrêtons dans un supermarché pour faire un ravitaillement de produits mécaniques et de gâteaux (ne pas confondre l’un avec l’autre, vous risqueriez d’avoir quelques problèmes …), dans une station essence faire le plein (qui est 20cts/litres moins cher qu’en France), et gonfler nos pneus. Je m’improvise mécano sur une aire d’autoroute clandestine (plutôt un chemin de terre bordant la nationale) pour mettre de l’huile moteur. Je pleure un petit coup car je suis crevée.

Puis nous repartons, faisons encore des centaines de Kilomètres pour nous arrêter dans un petit village, nous reposer et faire le plein d’eau un peu par hasard. 70l plus tard, nous reprenons la route pour encore 2h.


Puis nous y voila. Pas de grosse frontière, pas de panneaux, juste une toute petite route entre deux collines, un joli petit village et nous remarquons que nous sommes enfin au Portugal. Le soleil se couche, la lumière rase les plateaux couverts de blés. Quelques murets de pierres déterminent les parcelles de terrains. Par ci, par là, une ruine, une bergerie, un verger, une vigne. La lumière dorée recouvre le paysage et transforme tout ce qu’elle touche. La beauté de ce que nous voyons nous stupéfie.

Nous quittons les petites routes pour nous engager dans un chemin de terre, entre deux murets de pierres. Nous nous faufilons sur la voie étroite, il y a à peine la largueur du van. Enfin nous débouchons sur un chemin pas bien plus large en flan de falaise qui nous conduit vers le Miradouro de São João Das Arribas. La petite chapelle blanche est suspendue au bord de la falaise et surplombe le Douro, frontière naturelle qui sépare l’Espagne et le Portugal.

Nous sommes plein de gratitude devant se paysage somptueux. Nous profitons du spot avec les dernières lumières du jour et c’est ainsi que s’achève notre journée.




1 vue0 commentaire
bottom of page